Leonard, son of a slave a fanciful hypothesis? To see !

( Title and text are Bing translation from french)
In this book, LDV en Lommbardie in Veneto, are discussed the origins, in detail, of Leonardo’s mother. A Middle Eastern slave who may have landed as many others in Venice.
Obviously it’s disturbing. I will therefore read the arguments of the opposing party and keep you informed.
Interesting this refusal of scientific evidence by a professor emeritus of the history of art.
Advertisements

Giverny… Why

Tags

, ,

Giverny, one hour from Paris, is one of the most popular destinations in France …. why?

The reasons for visiting may vary.

To pay homage to Monet, the father of impressionism; a movement embracing almost all the arts (music, literature, cinema, sculpture) ?

To discover the motifs that inspired somme of the most famous paintings in the world ?

Or,  like Marcel Proust to search for a time lost, where nature and man come together to bring us images of the beauty that surrounds us ?

This guide help you get the most from your visit and answers the questions above… but sometimes the answers are surprising.

 

PISSARRO à Paris bis repetita ou presque

Vu l’expo Pissarro au musée Marmottan Monet cet après-midi. Pas besoin d’acheté le catalogue, les oeuvres montrées l’ont déjà été en 1981. On trouve donc les commentaires, repris mot pour mot ou presque, dans l’ouvrage de la RMN paru il y a 36 ans, pathétique. Un tour chez les vendeurs d’occases et l’affaire est dans le sac pour 10 € ou moins.
La scénographie de 2017 n’a rien de révolutionnaire, au contraire de la peinture du vieil “anarchiste”. Pourquoi les guillemets ? S’il lit Pierre Kropotkine, il n’est pas un activiste, alors pourquoi lui coller une telle étiquette ? ses toiles “impressionnistes” ou “néo-impressionnistes” sont bien plus intéressantes et parlantes.
C’est un peu affligeant ce copier-coller, en moins fourni eu égard l’espace d’exposition, désagréable impression d’être pris pour un imbécile. Pissarro est-il vraiment le premier impressionniste, ça se discute, dans tous les cas sa rencontre avec Monet métamorphose sa technique, ça saute aux yeux et ça s’est quand même bien à voir, sans oublier la collection permanente, notamment les Glycines du maître de Giverny et sont dernier tableau peint ; les Rosiers.

 

What Monet is the name of ?

Tags

, ,

What is the Musée Marmottan’s Impression, Sunrise truly the name of? Nothing, or almost! We need to reinterpret Monet.

Is Impression, Sunrise, painted by Monet on the quays of Le Havre in 1872 and now shown at the Musée Marmottan, really the work that gave its name to the movement the painter initiated?

Monet_Impression_Soleil_Levant_Havre.jpg

To ask ourselves the question would be almost indecent, but is it the preserve of great paintings? In taking a closer look, things are not so clear, and there is reason to doubt.

Let us be clear, the point isn’t to know whether we are faced with a sunrise or a sunset – although one wonders – or to question the attribution of one of the most famous paintings in the world to Monet. No, the question is about its eponymous value.

Whatever the artistic discipline – literature, painting, music, sculpture, even cinema –, every author who approaches the impressionist movement has quoted the “one” painting presented for the first time on boulevard des Capucines in Paris in April 1874.

Like anyone, he refers to Louis Leroy’s article published in Le Charivari on April 25th 1874: “The School of Impressionists.” The title hit home and, as a mockery, the journalist imagined a dialogue with a landscapist who had come with him to the exhibition:

“Ah! There it is! What does this painting represent? Look at the booklet.”

“Impression, Sunset.”

“Impression – I knew it. It made sense that if I was impressed there must have been some sort of impression in it…”

Leroy could not imagine the significance of these few words, and neither could Monet for that matter. Apart from the title, no one dwelled on the description of the seascape.

There was still a long way to go before the “Intransigents,” a handful of artists who broke with academic art and governing bodies.

On April 11th 1894, eight years after the last impressionist show, Gustave Geffroy looked back at the event and for the first time introduced a determining element in his History of Impressionism: the idea that it was Monet who, without knowing it, gave the movement its name by exhibiting a draft of a sunrise on water (which now belongs to the de Bellio collection) under the name Impression. Someone took the name and threw it at the newcomers who accepted it, just as the peasant insurgents of the Jacques and Gueux had in former times accepted the designations of their enemies.

This reference to the second owner – the first being Ernest Hoschedé, whose wife would become Monet’s mistress then wife – could clear up the mystery that surrounds the eponymous work. The picture in question was catalogued on the occasion of the fourth impressionist exhibition in 1879: No. 146, Misty effect, impression, owned by Mr de Bellio.

Neither Geffroy nor his followers were very concerned about the title. Could this No. 146 really be the No. 98 – Impression, Sunrise – presented in 1874?

Two titles for the same piece; two presentations to the public in the space of four years. How was it that no one reacted? This is understandable: who was truly responsible for estimating the impact of this view of Le Havre on art history?

The painter himself was not actually fully responsible for the title: “They asked me [Edmond Renoir, Auguste’s brother] for a title for the catalog, so I answered: ‘Just write Impression’.”

It remains unclear who found the title too short (E. Renoir?) and added the “Sunrise.”

As for Durand-Ruel, through whom the art market would become a lucrative, and sometimes risky, business, the first financial support of the struggling young artists, along with the State, remembers a Sunset in his memoirs. Ernest Chesneau, a journalist, no matter what he says, pauses in front of an Impression (Sunrise on the Thames).

Apparently the visitors of the show did not see the same thing, so should we trust those who weren’t there, like Geffroy?

Although one might understand why the contemporaries of the dawning Third Republic attached no great importance to this founding piece, the blindness and deafness of our contemporaries is harder to understand.

No one caught on when Monet himself described No. 98 in 1898: “I sent something I had done in Le Havre, from my window, misty sunlight with a few ship masts pointing through in the foreground.”

A few ship masts pointing through in the foreground… Not a small scull boat. This foreground turned everything upside down, if one gives credit to the words of its author.

One might argue, of course, that the painter and the journalist, Maurice Guillemot, shared false evidence or an inaccurate memory, but this reasoning also applies to Geffroy.

In 1890, he attributed this part of Monet’s correspondence to the Water Lilies: “I have resumed working on impossible things: water with grasses rippling around it.”

However, Monet was working on another motif, on other effects at the time, as his stepson J-P. Hoschedé, a member of the “Giverny crowd,” confirms: “At the time, Monet was working on the clear and vivid waters of the river Epte, on a motif of my sisters in a boat and, in this water, he painted perpetually rippling strands of aquatic grasses.”

Of course Geffroy was a close friend, if not one of the first admirers, but he was not the only one, and any admirer’s critical mind can sometimes be caught off guard. In 1920 the master of Giverny would again underline a few mistakes in an essay written for L’Art et les Artistes.

So what did this famous painting No. 98 really look like, with its ship masts pointing through in the foreground…?

The picture speaks for itself:

Monet_Impression_02_Le_Havre.png

And where is this painting now?

After belonging to the Rouart family, as many impressionist works did, it ended up on the walls of an American museum, the Getty Museum in Los Angeles.

You may not be convinced, and after all, who am I? Just a hypermedia art guide writer. A humble author looking for recognition, I must admit. But I am not the last to cast doubt on the eponymy of No. 146.

The first to do so before me was John Rewald, in his masterful work The History of Impressionism (4th edition, 1973). He noted the incoherence between Monet’s description and the painting considered as the source of the movement he initiated. He added another argument: Monet never showed a painting twice during the so-called impressionist exhibitions he took part in.

If I am not the first, neither am I the only one. A lot is being done in the USA, where Impressionism is much more popular than in France, to establish a reasonable doubt on the picture shown at the Musée Marmottan.

So how important must we consider the “mystery of the eponymous work”? Clearly Monet doesn’t make a big fuss out of it. At the dawn of the twentieth century, it was probably hard to measure the scope and importance of an artistic movement that went beyond the framework of painting, threw auctions into a panic and drew millions of people to the emblematic sites where this new way of painting was born… in Ville-d’Avray in 1867. Why Ville-d’Avray rather than Le Havre? Why Le Havre rather than Argenteuil or the boulevard des Capucines?

De quoi Monet est-il le nom ?

Tags

, ,

N° 98 VS 146

Impression soleil levant; peinte par Monet en 1872 sur les quais du Havre, aujourd’hui aux cimaises du musée Marmottan, est-elle l’oeuvre éponyme du mouvement initié par Monet ?

Monet_Impression_Soleil_Levant_Havre.jpg

 

Se poser la question serait presque indécent, pourtant, est-ce l’apanage des grands tableaux ? en y regardant de plus près, les choses ne sont pas si claires, il existe un doute raisonnable.

Entendons-nous bien, il ne s’agit pas de savoir si nous sommes face à un soleil levant ou couchant, quoique, ni de remettre en cause une attribution à Monet d’un des plus célèbres tableaux du monde ; non notre questionnement porte sur « l’éponymie ».

Quelle que soit la discipline artistique, littérature peinture, musique, sculpture voire cinéma, chaque auteur abordant le mouvement impressionniste cite « un » tableau présenté pour la première fois au mois d’avril 1874 boulevard des Capucines à Paris.

Comme tout un chacun, il reprend  l’article titré par Louis Leroy le 25 avril 1874 dans Le Charivari : « L’école des impressionnistes ». Le titre a fait mouche, et pour se gausser, le journaliste imagine un dialogue avec un paysagiste l’accompagnant à l’expo : – Ah ! Le voilà, le voilà ! Que représente cette toile ? Voyez au livret.  

  • Impression, soleil levant. 
  • Impression, j’en étais sûr. Je me disais aussi, puisque je suis impressionné, il doit y avoir de l’impression là-dedans… 

Leroy n’imagine pas la portée de ces quelques mots, ni Monet d’ailleurs. Mis à part le titre, personne ne s’attarde sur la description de la marine.

Le chemin est encore long pour les « Intransigeants », une poignée d’artistes en rupture avec l’art pompier, avec les instances étatiques.

Le 11 avril 1894, soit huit ans après la dernière manifestation Impressionniste, Gustave Geffroy, revient sur l’évènement et introduit pour la première fois un élément déterminant dans son Histoire de l’impressionnisme C’est Monet qui a fourni l’enseigne sans le vouloir en exposant une ébauche (aujourd’hui dans la collection de Bellio) sous le titre d’Impression, un lever de soleil sur l’eau. Quelqu’un prit le mot, le jeta aux nouveaux venus qui l’acceptèrent, comme autrefois, les Jacques, les Gueux acceptèrent les désignations de leurs ennemis.

Cette référence au second propriétaire, le premier est Ernest Hoschedé dont la femme sera la maîtresse puis l’épouse de Monet, pourrait dissiper le brouillard entourant l’oeuvre éponyme. Le tableau en question est catalogué lors de la quatrième exposition Impressionniste en 1879 : N° 146. Effet de brouillard, impression. Appartenant à M. de Bellio.

Ni Geffroy, ni ses suiveurs ne sont très regardant sur le titre. Ce numéro 146, est-il vraiment le N° 98 : Impression, Soleil Levantprésenté en 1874 ?

Deux titres pour une même oeuvre, deux présentations au public à quatre ans d’intervalle. Personne ne tilte. La chose s’explique : qui a vraiment évalué l’impact de cette vue du Havre sur l’histoire des arts ?

Le titre, d’ailleurs, n’est pas entièrement le fait du peintre :  On me demande [il s’agit d’Edmond Renoir , le frère d’Auguste] le  titre pour le catalogue… je répondis : Mettez « Impression ».

On ne sait qui trouve ce titre trop court et le complète pour  (E. Renoir ?) : Impression Soleil Levant.

Pour sa part, Durand-Ruel, celui par lequel le marché de l’art va devenir un business lucratif et parfois risqué, le premier soutien financier de cette bande de rapins, avec les instances étatiques, se souvient dans ses Mémoires : d’un Soleil couchant.  Ernest Chesneau, un journaliste, quoiqu’il en dise, s’arrête devant une : Impression (soleil levant sur la Tamise).

Visiblement les visiteurs de cette manifestation n’ont pas tous vu la même chose, il faudrait donc s’en remettre à ceux qui n’étaient pas présents, à l’instar de Geffroy ?

On peut comprendre pourquoi les contemporains d’une troisième république naissante n’accordent pas beaucoup d’importance à cette oeuvre  fondatrice, la cécité et surdité de nos contemporains est plus difficilement compréhensibles.

Personne ne percute quand Monet lui-même décrit, en 1898, le N° 98 :   J’avais envoyé une chose faite au Havre, de ma fenêtre, du soleil dans la buée et au premier plan quelques mâts de navires pointant…

Au premier plan quelques mâts de navires pointant… et non une barque menée à la godille. Un premier plan bouleversant la donne, si l’on accorde quelques crédits aux dires  de son créateur.

Il est possible, évidemment,  d’invoquer un faux témoignage, un souvenir erroné da la part de l’auteur et du  journaliste, Maurice Guillemot, mais l’argumentation vaut aussi pour Geffroy.

En 1890 ce dernier attribue aux Nymphéas cette correspondance de Monet :  J’ai repris encore des choses impossibles à faire : de l’eau avec de l’herbe qui ondule autour. 

Hors en ces temps Monet est sur autre motif, sur d’autres effets, comme l’atteste son beau-fils J.-P. Hoschedé, membre de la « tribu de Giverny » : Monet, à cette  époque peignit sur l’Epte dont l’eau est vive et transparente un motif présentant mes soeurs en canot, et, dans cette eau, la peinture de Monet montre de nombreuses herbes aquatiques en un perpétuel mouvement ondoyant.

Certes Geoffroy est un intime, s’il n’est pas des premiers fans, il est loin d’être  le dernier, et comme tous les fans sont esprit critique est parfois pris en défaut. En 1920 le maître de Giverny soulignera encore   quelques petites erreurs dans une étude écrite pour L’art et les Artistes.

Alors quelle tête a-t-il ce fameux tableau  N° 98 avec Au premier plan quelques mâts de navires pointant…

La réponse par l’image  :

Et où se trouve-t-il en ce moment ?

Après avoir appartenu à la famille Rouart, comme de nombreux tableaux impressionnistes la toile est allée rejoindre les cimaises d’un musée américain : Le Getty Museum de Los Angeles.

Vous pouvez ne pas être convaincu, après tout qui suis-je ? Un auteur de guides hypermédiarts. Un auteur sans notoriété, à la recherche de cette dernière…. ce n’est pas faux. Mais je ne suis pas le premier à remettre en doute l’éponymie du N°146.

Avant moi, John Rewald, le premier, avait relevé dans son maître  ouvrage The Hystory of Impressionism (4e édition de 1973)cette incohérence entre la description faite par Monet et la toile proposée comme source du mouvement initié par Monet. Il ajoute un autre argument : jamais Monet ne double la présentation d’un tableau lors des expositions dites impressionnistes auxquelles il participe.

Si je ne suis pas le premier, je ne suis pas le seul non plus. On se bouge aussi de l’autre côté de l’Atlantique, où l’Impressionnisme est bien plus prisé que chez nous, pour établir un doute raisonnable sur l’oeuvre accrochée aux murs de Marmottan.

Alors quelle importance accorder au « mystère de l’oeuvre éponyme » ? après tout Monet n’en fait pas toute une histoire. À l’aube du vingtième siècle il est sûrement difficile de mesurer l‘ampleur et l’importance d’un mouvement artistique débordant du cadre de la peinture, affolant les enchères et déplaçant des millions de gens  vers les lieux emblématiques de cette nouvelle manière de peindre née…. à Ville d’Avray en 1867. Pourquoi Ville d’Avray et pas le Havre ?  Pourquoi le Havre et pas Argenteuil ou le boulevard des Capucines ?

Le Da Vinci Coin

Le Da Vinci Coin, est  un jeu de mot un peu facile, j’en conviens, mais  ce petit texte propose un exercice amusant : projeter Léonard au 21e siècle. C’est parfaitement inutile, quoique, s’il  vous apprend  deux ou trois trucs……c’est déjà ça.

Sous le soleil de Toscane ou rue des Lombards à Paris, rien de nouveau. Au quatrocento comme au venticento  les problèmes pécuniaires alimentent toutes les conversations ; les chances d’un  bâtard de devenir l’égal des plus grands restent toujours aussi maigres et  l’exception confirme toujours la règle. La mère de Leonardo en est persuadée.

Circassienne, elle fuit les côtes de la mer Noire pour échouer à la Cantina di Toia de Bacchereto. Sa beauté bouleverserait encore une fois Voltaire. La jeune serveuse, proie facile pour un étudiant florentin en droit, se laisse séduire, passe une longue nuit dans son lit  et se tait quand le teste de grossesse vire au positif.

Sa décision est prise, elle fera un enfant toute seule et il suffira à son bonheur.

Dès les petites classes le bambin se distingue par son coup de crayon, par une curiosité difficilement satisfaite : pourquoi ci, pourquoi ça, comment on ?

Seulement voilà, l’atelier d’un Verrocchio, d’un Ghirlandaio , pour se hisser aux premiers barreaux de l’échelle sociale,  n’existent plus. L’artisanat a vécu.

Finito, les ciboires, châsses et reliquaires ; arrivederci les fresques  des autels d’églises et des  chapelles. Qui vit encore de la peinture, de la sculpture ? Même l’architecture ne nourrit que parcimonieusement son homme.

Non importa, Caterina rêve d’un autre dessein pour son rejeton. Leïla Hagondokoff, mannequin vedette de chez Chanel, icône de la Circassie, est son modèle ; et  Florence pense supporter sans sourciller la comparaison avec Paris. Elle s’enorgueillit d’un Gucci, d’un Ferragamo et peut ouvrir les portes Ticinese ou  de Saint-Cloud, si d’aventure un jeune homme se sent pousser des ailes. La via Tornabuoni  vitrine de l’élégance toscane, n’est-elle pas une avenue Montaigne bis ?

En l’arpentant peu de touristes sont victimes du syndrome de Stendhal, dommage pour eux. Ils ignorent presque tous la dispute entre Léonard et Michel-Ange à propos de Dante devant l’église Santa Trinita ;  ils ignorent presque tous le nombre de cercles de son Enfer.

Enfant,  chaque nouveau chant lui inspirait une terreur accrue, et la douce voix maternelle n’y faisait rien.  Adulte, il sourit quand un amant, un ami lui promettent, le sixième voir le septième cercle, ceux des sodomites et des  épicuriens. Sa réponse est invariable :  Charon se chargerait de lui indiquer le chemin. Tout compte fait c’est plus simple.

Être capable de rivaliser avec le O de Giotto n’a plus aucune valeur.

Si sa mère rêve mode, elle garde aussi le souvenir de la puissance de l’érudition, du beau parler et du savoir. Il signore Marconi, ça ne s’invente pas, mentor, ne l’a jamais contrarié sur ce point. En inoculant à l’orphelin de père le goût des mathématiques, en lui offrant son premier PC, made in Ivrea, il le conduit à suivre plusieurs voies parallèles, à ne pas choisir entre plusieurs plusieurs cursus , mais à les embrasser tous.

Les uns l’amusent et comblent l’amour de sa vie, les autres le passionnent ; et quand l’élève dépasse le maître ce dernier en est satisfait.

Diplômes en poches, Leonardo  quitte sa chambre avec vue sur Fiesole via del Agnolo pour un appart dans l’Oltrarno.  Et chaque matin il embauche pour dessiner des accessoires de modes. Sacs, ceintures, porte-monnaies  et porte-clefs, vestes et pantalons de cuir, autant de motifs pour s’assurer un excellent salaire, mais quel ennui.

En fait la cité du lys est trop cuir, trop bourgeoise, trop lisse. Quoi qu’on en dise, elle a perdu de sa superbe. Pise et Sienne se sont définitivement affranchies de son emprise, si ses murs d’enceinte ne sont plus, elle reste quand même confinée.

L’aiguille de la boussole indique le nord, pourquoi ne pas la suivre ?

Son portfolio, CV des artistes, a séduit. Milan l’attend ; lui et son crayon, lui et ses prises de vues, lui et sa créativité.

Quel oeil, aurait dit Cézanne.

Quelques mois ont suffit. Ses photos de mode sont devenues des icônes des galeries lombardes. Le Vatican n’a pas vraiment prisé sa mise en scène de la cène ; mais la courbe des ventes de la marque de chandails s’est affolée, et le Japon raffole de lui. On attend la grande expo dans un musée d’art moderne de Berlin, Paris ou Tokyo….  Dubaï s’est retirée.

Eros Socraticus. Le thème fait déjà scandale, la bourgeoisie ambrosienne y voit l’écho de ses frasques avec les éphèbes racolés dans le quartier ultra-branché des navigli. Son char de la Gay Pride au Carro della morte des bords de l’Arno.

En sortant de la Scala, on discourt sur ce talent multiple, on se remémore, aux pieds de la statue ignoble du Vinci,  les propos de Vasari reprochant une telle dispersion, une telle débauche d’énergie et de lucre.

L’époque segmente, spécialise, culpabilise  pour mieux presser et vous jeter ;  malattia del “martalismo” (che viene da Marta) diagnostique  François. Comprenne qui pourra, qui aura pris le temps de se pencher sur les Écritures..… canoniques, patristiques  ou gnostiques. Temps perdu ? Pas sûr !

Si la rhétorique est passée de mode, on brille toujours de pouvoir expliquer l’iconographie de la Vierge aux rochers du Louvre en contant l’histoire des deux enfants Jésus dans l’art, en soulignant : une généalogie du Christ divergente selon Luc ou Matthieu, une dualité sacerdotale et  royale incompatible, sans oublier de s’en remettre à saint Ambroise pour conclure. On est à Milan.

Coqueluche des salons vous savez discourir sur la nature du temps à la suite de saint Augustin, et alors on vous pardonnera ce parti pris  pour la manufacture horlogère née sur le Ponte alle Grazie, fierté des plongeurs italiens.

Leonardo est allé à bonne école, seulement il aime par dessus tout, à l’image du maître de la Joconde, les problèmes de probabilité sur une partie de balla, posés par Pacioli, la cryptographie, celle d’Alberti ou de Turing, les mathématiques appliquées en somme. Aussi quand en 2005  Nick Szabo propose à la petite communauté des crytographes les principes du bitgold, le toscan voit là une occasion unique de nourrir sa névrose. L’informaticien Américain a visé juste, tous les férus d’algorithmes et de codage peuvent avec une étincelle de génie mettre le feu.  Mettre en oeuvre une modalité de paiement de gré à gré, en lieu et place d’un modèle, dont Brunetto Latini s’était fait l’apologue dans Li livres dou trésor, administré  par un « tiers  confiance »,  état ou banque, voilà une idée lumineuse.

Si la comptabilité en partie double dite à la vénitienne, est l’outil par excellence de l’homme d’affaires  de la Renaissance, des Médicis et autres Giocondo, du banquier de la Sérénissime ou  d’un  Fugger faiseur d’empereur, ils le doivent au Pisan  Fibonnaci. Pour leur part, les héritiers sis à New York ou Londres  sont grandement redevables à Paccioli et sa Summa, illustrée par Léonard.  En mettant à la portée de tous cette invention diabolique, ils peuvent chaque jours complexifier le modèle de base, et par un jeu savant de prolongations et ramifications formater  les masses et surtout les éloigner de la maîtrise des outils.

Le DVCoin n’est pas un train bourré de dynamite prêt à faire péter les instances du pouvoir, Leonardo n’est point V. Il entrevoit juste la possibilité de secouer le joug, d’enfoncer un coin pour soulever cette chape de plomb chaque jour plus pesante. Entre utopie et dystopie  il existe peut-être une petite place ?

On peut y réfléchir, on peut surtout agir contre le poids des banques ; déjà Léonard préférait confier son argent aux Franciscains de l’hôpital de Santa Maria Nuova, établissement créé par le père de Béatrice, celle de Dante.

Comme tout un chacun, les commissions frais et autres prélèvements plus ou moins opaques l’agacent, mais cela pèse peu face à la beauté de l’algorithme, à l’élégance du code, éléments imbriqués,  longuement muris et développés  pour transformer l’idée de Szabo en une réalité disponible pour tous ou presque, accessible à tous ou presque.

Ces quelques raisons  suffisaient à faire germer en son esprit les prémices du  Da Vinci Coin. Sans le savoir toutes ses actions, ses choix, sa vie l’avaient prédisposé.

Enfin,  Le premier qui oserait, s’imposerait.

Jour après jour,  le code ne génère ni une nouvelle devise, matière première ou monnaie mais un espace d’échange sécurisé et libéré. PGP avait montré la voie.

Chaque ligne en s’incrémentant d’une tabulation puis en diminuant d’autant à la surface de l’écran dessinait la réhabilitation de Turing, injustement banni de la communauté scientifique pour homosexualité et pousser au suicide.

Si Léonard avait enfourché la cause des artistes et notamment des peintres via le Paragone, Leonardo resterait dans l’ombre voire même épaissirait le mystère derrière un sfumato patronymique à consonance japonaise.

Sublimer sa libido, abandonner la chair pour se vouer, tel Faust, à l’élaboration d’un cryptomonnaie seyant à tout le monde des geeks et des libertaires, des sans voix et des allumés, des névrosés.

Le Da Vinci Coin, c’est l’alun de la papauté, des Médicis. Volterra à payer le prix du sang pour le savoir. Ne pas commettre la même erreur. Sa maîtrise assure la puissance, attise la convoitise. Certes, il faut miner, piocher, à l’image de ces pauvres bougres réduits en esclavage, mais seul, l’aventure est vouée à l’échec. Le réseau est l’allié par excellence. Le détourner à son seul profit est une erreur. La cohorte des early adopters, technologues, informaticiens et bidouilleurs en tout genre, est une alliée  dont la puissance est insoupçonnée.

Da Vinci Coin is a new design for a fully peer-to-peer electronic cash system.

 A C++ implementation is under development for release 

as an open source project.

Depuis la proposition de Tim berner Lee pour HTTP, personne n’avait écrit de lignes aussi prometteuses. Les commentaires ne laissaient aucun doute, il fallait juste garder une petite longueur, d’avance, miner le premier bloc, stabiliser les transactions et laisser aux autres  : la  spéculation, le commerce des biens de consommation, le blanchiment, la thésaurisation.

Pecunia non olet ? Une chose est sûre, les vertus supposées de l’urine du peuple se trouve être aussi un puissant remède à la cupidité d’un Vespasien.  Pour sa part, Leonardo entrevoit dans la cryptomonnaie un puissant remède à sa névrose ; si l’algorithme tient la route, patience, codage, débogage et longueur de temps feront le reste. Elle lui permettra, sans être milliardaire, de s’offrir ces feuilles de papyrus, de parchemin ou de vélum réservés aux seuls nantis de la planète.Voir Bill Gates s’offrir le codex Leicester a été un déchirement. Plus jamais ça !

Codex ou volumen, incunables ou premières éditions, palimpseste ou non, chaque ouvrage portant en lui l’histoire de l’humanité attire irrésistiblement une frange cultivée et fortunée  de la population. Obsession du titre manquant, de l’étagère vide d’un exemplaire unique,

Pourquoi  n’est-il pas :

Lucius Clapurnius Piso Caesoninus ? beau-père de  Jules César, entouré de mille manuscrits dans sa villa de Pompei ;

L’unique descendant des Médicis ? pour revendiquer une part de la bibliothèque Laurentienne,

L’ultime rejeton oublié du cardinal Bessarion ? pour rêver de s’approprier quelques ouvrages choisis de la Marcienne.

Si les premiers blocs ne valent rien, même pas le prix de l’électricité, de l’énergie, nécessaire à leur création ; effet papillon oblige, la première transaction avec Hal Finney, icône de la communauté cryptographique californienne, suffit à faire vibrer les câbles trans-atlantique, trans-pacifique, à faire chauffer, fondre les processeurs. Le On – indéfini par nature mais pourtant bien distinct suivant le camp choisi – s’est mis à miner d’autres blocs à construire cette putain de monnaie qui dérange ; impressionnant  chamboule-tout dont On ne connaît pas encore la force. On lui a attribuer une valeur, sans repères l’homme de la rue est paumé.

Et quand, par un simple échange peer to peer Leonardo acquis au nez et à la barbe de tout le microcosme bibliophile l’édition originale du Morgante, personne n’a vraiment bronché, ne s’est réellement  posé de question. Une transaction fantôme pour l’oeuvre de Pulci, fustigée par Savonarole, du haut de sa chaire du Duomo, mis à l’Index par la papauté, et annotée par le Vinci, un ouvrage mineur pourtant.

Suivirent le De prospective pingendi de Piero della Francesca, une édition vulgarisée Du Ciel d’Aristote,  le Trattato di architettura civile e militare par Francesco di Giorgio Martini, le De pictura d’Alberti, la Divina Commedia édité par Manuce in ottavo en 1502, le souffreux  Hypnerotomachia Poliphili et le sublime Oratio de hominis dignitate de Pic et d’autres encore.

On – les agnostiques, les autres  – eut un temps envie de voir à la manoeuvre ce Niçois, gagnant du Loto paraît-il, dont les démêlées avec le fisc, avec la police ébranlent le marché. Sa chaîne de Ponzi, élaborée pour acquérir les plus beaux livres, n’était pas encore grippée. MAF la joua  profil bas. Ne voulant pas endosser ces acquisition « opaques », il  avait mollement démentit, mais l’inventaire des saisies avait corroboré son dire et posé une nouvelle question.

Quid du Sade ?

Quid de ce volumen de 12,10 mètres rédigé dans les geôles parisiennes et dont il était si fier ; son précieux ?

Malin et aux abois, le courtier comprit vite comment tirer partie de cette proposition venant de nulle part. On lui « rachetait » son Sade contre des milliers de DVC.

Pour 7 milliards d’humains cette transaction était un mystère, un marché de dupes, un non sens. Pour lui et son acquéreur c’était l’avenir.

En multipliant les porte-monnaies à l’infini, personne ne pourrait se saisir du montant de cette vente passant toutes les secondes d’un continent à l’autre, sans interruptions, pendant toutes les années où il croupirait en prison. Pour Leonardo, écrire ce petit programme avait été un jeu d’enfants. Pour l’interrompre il suffisait d’une clé dont MAF était le seul détenteur. S’il mourrait, les bits continueraient leur course folle, sauf si.

Mais on n’en n’était  pas là. Sans scrupules, ni doutes sur l’honnêteté des acteurs du marché, le Toscan pouvait maintenant s’offrir tous les manuscrits en mains privées du marché, et sa névrose de trouver enfin un peu de répit….